Assemblée citoyenneUne tradition s’installe tranquillement au Centre de services communautaires du Monastère, où le maire Luc Ferrandez rencontre périodiquement, depuis deux ans, des aînéEs et jeunes familles pour parler des enjeux du Plateau. Organisée par les tables sectorielles Autour des familles et Alliance 3e Âge, ces assemblées citoyennes sont l’occasion, pour plusieurs personnes, de faire valoir directement au maire des enjeux qui les touchent.

Il importe d’ailleurs de mentionner d’entrée de jeu l’important travail de préparation réalisé par Autour des familles qui, au cours des dernières semaines et notamment à la fête des familles du 16 mai dernier, a interrogé bon nombre de jeunes familles afin de porter leurs problématiques et revendications aux éluEs du Plateau Mont-Royal. Plusieurs aînéEs s’étaient également déplacéEs pour l’occasion afin de s’exprimer sur des préoccupations telles la sécurité, l’accès aux espaces publics et les déplacements forcés par les hausses de loyer, des préoccupations qui résonnent d’ailleurs tout autant pour les familles du quartier.

Faire du Plateau un milieu de vie attrayant

En première partie, Luc Ferrandez a d’abord présenté les initiatives d’aménagement urbain mises de l’avant par l’arrondissement, notamment quant au verdissement et à la protection des écoles, pistes cyclables et piétons.

Pour chacune d’elles, le maire présentait l’état des lieux avant la réfection ainsi que la problématique rencontrée, qui avait souvent trait à la sécurité des citoyens (notamment celle des enfants à proximité des écoles) en regard de la circulation automobile. Dans beaucoup de cas, par exemple les saillies bordant maintenant la piste cyclable de la rue Rachel, la reconfiguration de la voie publique a visé à circonscrire ou ralentir le trafic automobile. Si certains perçoivent cette préoccupation des éluEs du Plateau presque comme une obsession, le maire Ferrandez explique ainsi la philosophie qui guide les interventions de l’arrondissement, en parlant de la transformation d’un parc et d’une église :

Ce que je peux vous dire, c’est que, oui, nous avons retiré des automobiles. D’un autre côté, il y a une vie qui est apparue à cet endroit-là. Une fois, l’été passé, j’ai vu une dame traverser le boulevard St-Joseph en robe de chambre avec son mari, elle devait avoir au moins 70 ans, et s’installer directement en face de l’église pour la regarder. En ce qui me concerne, pour cette dame en robe de chambre, je suis d’accord à faire perdre quelques ventes à certains commerces. Je crois que la civilisation pointe par là.

L’accès : un enjeu aux multiples visages

Si d’aucuns reconnaissent les bons côtés du verdissement et de la réappropriation de l’espace public par les citoyens, la question de l’accès à celui-ci par différents groupes demeure néanmoins importante, et ce à plusieurs égards.

En premier lieu, une résidente d’un HLM du quartier a fait valoir que les problèmes de circulation et, plus encore, de stationnement dans le quartier empêchaient souvent les personnes âgées de recevoir la visite de leur famille. Afin de favoriser l’accès aux HLM, elle propose l’instauration de places réservées, lesquelles sont cependant difficiles à gérer au niveau de l’arrondissement, qui étudie néanmoins plusieurs scénarios à cet égard.

De leur côté, les membres de la table Autour des familles ont amené de nombreux enjeux quant à l’accès aux parcs pour les enfants du Plateau. D’abord, le temps de plus en plus doux au printemps pourrait certainement permettre un accès plus rapide des enfants aux aires de jeux si celles-ci étaient nettoyées plus tôt. Or, la gestion du personnel de l’arrondissement fait en sorte que les déchets et objets dangereux ne sont systématiquement enlevés qu’au courant du mois de mai, peu importe la température.

Plus grave encore est sans doute le problème de cohabitation avec les propriétaires de chiens, qui laissent souvent leurs animaux courir librement dans les parcs sans respecter la réglementation (le parc Jeanne-Mance a d’ailleurs été ciblé comme particulièrement problématique). Comme l’a cependant fait remarquer le maire, cette problématique fait ressortir l’aspect délicat de la gestion des intérêts de chacun, évoquant au passage les fortes pressions (voire l’attitude agressive) des propriétaires de chiens afin de ne pas se faire restreindre l’accès aux parcs. Face à ce type d’intérêts conflictuels, seule une représentation organisée auprès des éluEs (et des médias) permet véritablement de faire avancer un dossier, un message bien compris par les intervenantEs présentEs.

En plus de ces problématiques d’accès directement liées au quotidiens des citoyenNEs, d’autres, plus structurelles, ont également été soulevées, notamment les tentatives de privatisation d’édifice publics, comme certaines églises et l’Hôtel-Dieu, et de conversion en condos. À ce sujet, le maire a assuré, notamment concernant l’Hôtel-Dieu, que les règlements de zonage lui donnaient un levier pour empêcher ces tentatives. Malgré tout, il demeure que ce mouvement de fond de privatisation d’édifices publics et de gentrification du quartier ne trouvera véritablement de solution que quand l’ensemble des paliers de gouvernement se doteront d’une politique publique claire à ce sujet et au sein de laquelle devra nécessairement figurer le logement social.

Ces différents débats et enjeux citoyens illustrent assez à quel point les assemblées citoyennes comme celle organisée par Alliance 3e Âge et Autour des familles sont nécessaires pour la vitalité de la démocratie. Si la politique municipale se caractérise par sa proximité avec les citoyenNEs, il importe que ceux-ci aient l’occasion de rencontrer directement leurs éluEs pour améliorer leur quartier et en faire un endroit agréable et attrayant pour tout un chacun.

Marc Ouimet
Pour la Corporation de développement communautaire Action Solidarité Grand Plateau (CDC-ASGP)