Hotel-Dieu_Montreal_1865Devant la mobilisation croissante des organismes communautaires et des citoyenNEs du Plateau Mont-Royal contre la fermeture et la vente annoncées de l’Hôtel-Dieu, l’administration de l’arrondissement a décidé de consulter directement les citoyenNEs du quartier pour obtenir leur opinion sur cette fermeture et leurs idées sur la possible reconversion du site en fonction de leurs besoins.

Le 12 novembre dernier, le gouvernement du Québec annonçait la mise sur pied d’un comité d’experts chargé d’évaluer les tenants et aboutissants de la vente des terrains et bâtiments de cinq hôpitaux qualifiés d’« excédentaires » : l’Hôtel-Dieu, une partie de l’hôpital Notre-Dame, l’hôpital Royal Victoria, l’Institut thoracique de Montréal et l’Hôpital de Montréal pour enfants. L’objectif de la démarche est d’obtenir quelque 220 millions de dollars pour la vente de ces bâtiments, un montant d’ors et déjà jugé difficile à obtenir par le comité d’expert, qui recommande néanmoins la vente rapide des trois hôpitaux non patrimoniaux (Notre-Dame, Institut thoracique de Montréal et Hôpital Montréal pour enfants).

La volonté affichée par le gouvernement de ne pas vendre ces terrains et bâtiments aux autres ministère ou à la Ville de Montréal ouvre par ailleurs toute grande la voie à une appropriation privée de ceux-ci. À cet égard, la possibilité de l’appropriation des bâtiments et des terrains de l’Hôtel-Dieu et de l’Institut thoracique de Montréal pour la construction de condominiums forme un scénario plausible, sinon probable, qui mobilise un grand nombre d’acteurs sociaux qui s’opposent à un tel développement immobilier.

Conserver la vocation civique et publique de l’Hôtel-Dieu et de l’Institut thoracique

Plus d’une cinquantaine de personnes ont répondu à l’appel des élus du quartier, le 26 mars dernier, pour cette assemblée citoyenne qui faisait suite à une consultation auprès des différents intervenants du quartier. L’objectif du processus est, pour l’arrondissement, de prendre le pouls des groupes et citoyenNEs préoccupéEs par cet enjeu afin de dégager une position officielle qui rejoigne leurs préoccupations.

Alex Norris, conseiller municipal du district de Jeanne-Mance, présentait donc la démarche de l’administration aux personnes présentes, alors que Barbara Rufo , de la coopérative Interface, animait les discussions auprès des personnes présentes. D’entrée de jeu, M. Norris a évoqué le caractère hautement patrimonial et symbolique de l’Hôtel-Dieu, le premier hôpital de Montréal, fondé en 1645 par la cofondatrice de Montréal, Jeanne Mance, et logé dans ses bâtiments actuels depuis 1861.

À cet égard, l’Hôtel-Dieu et l’hôpital Royal Victoria constituent des bâtiments patrimoniaux du site du Mont-Royal qui sont assujettis au Ministère de la Culture et ne peuvent être modifiés sans son accord. De plus, l’arrondissement du Plateau dispose de pouvoirs de zonage qui lui permettent d’avoir un certain contrôle sur les usages futurs de l’Hôtel-Dieu, dont la conservation de la vocation civique est souhaitée tant par l’administration que par bon nombre d’organismes communautaires et de citoyenNEs du quartier.

Répondre aux besoins des citoyenNEs du quartier

Parmi les usages souhaités par plusieurs personnes présentes, le logement social fait figure de priorité dans un contexte de pénurie de logements abordables dans le quartier et de multiplication des condominiums. Cette revendication est d’ailleurs portée depuis plusieurs années par la CDC ASGP et d’autres organismes du Plateau, qui l’estiment nécessaire à la conservation de la mixité sociale du quartier et au soutien des populations défavorisées.

Dans le même ordre d’idées, plusieurs personnes présentes ont exprimé le souhait de voir l’Hôtel-Dieu conserver sa vocation initiale liée à la santé, d’abord en ce qui a trait aux services de proximité (notamment les clientèles particulières que représentent, par exemple, les personnes âgées et les personnes en situation d’itinérance) et, ensuite, aux approches alternatives comme l’acupuncture ou l’ostéopathie.

Globalement, un consensus semble déjà se dégager auprès des populations touchées en regard d’une vision à long terme quant à l’avenir de l’Hôtel-Dieu qui tranche avec l’empressement de la démarche gouvernementale. Entre le respect du caractère patrimonial du site et des bâtiments, l’idée d’une propriété collective de ceux-ci et le maintien, voire l’augmentation, de services à la population, il semble inévitable que le processus de requalification de l’Hôtel-Dieu doive se faire dans la plus grande transparence et l’écoute des préoccupations et besoins des citoyenNEs qui seront touchéEs. Il en va non seulement du caractère démocratique du processus, mais également du respect de l’énorme patrimoine historique et social porté par cette institution.

Marc Ouimet
Pour la Corporation de développement communautaire Action Solidarité Grand Plateau (CDC-ASGP)

Consulter le document présentant la position de la CDC ASGP sur la requalification de l’Hôtel-Dieu

Consulter le rapport du groupe d’experts concernant l’hôpital Notre-Dame, l’Institut thoracique de Montréal et l’Hôpital de Montréal pour enfants