Assemblée citoyenneRencontrer le maire de son arrondissement n’est pas toujours chose facile, surtout pour les personnes aînées ou encore les jeunes familles. Pour contrer ce problème, les tables sectorielles Autour des familles et Alliances 3ième Âge organisent depuis l’an dernier, avec la collaboration de la CDC-ASGP, des assemblées citoyennes qui permettent à des citoyenNEs de ces groupes de rencontrer, en matinée, leurs éluEs pour discuter des problèmes les touchant.

Le 28 novembre dernier, c’est donc plus d’une trentaine de personnes qui ont pu rencontrer le maire Luc Ferrandez ainsi que le conseiller d’arrondissement du district Mile-End, Richard Ryan. Ce fut l’occasion d’échanges riches concernant tant des problèmes de tous les jours que des enjeux plus globaux comme le logement social.

Dans un premier temps, le maire Ferrandez a dressé un portrait à la fois concis et précis de la situation budgétaire difficile de l’arrondissement et du contexte ayant mené à certains choix qui ont parfois fait l’objet de vives critiques, par exemple en ce qui a trait au déneigement et à la hausse des frais de stationnement. Ayant hérité d’un déficit principalement dû à un manque de transferts de la Ville centre, il s’est attelé à montrer les économies que son administration a réalisées ainsi que les priorités d’investissement qui ont été mises en œuvres.

À cet égard, il a souligné l’intérêt d’un outil de simulation budgétaire sur le Web que son personnel a mis sur pied afin d’inviter les personnes résidant sur le Plateau à prioriser les investissements et choisir les dépenses pour atteindre l’équilibre budgétaire. Si cet effort de transparence et de participation doit être souligné, les données sur la participation révèlent cependant une sous-représentation des personnes âgées de 65 ans et plus. Ainsi, si la technologie permet effectivement une plus grande transparence des administrations et une plus grande participation citoyenne, il demeure que ce processus reste tributaire de la capacité des individus à l’utiliser. En ce sens, il faut souligner que les assemblées citoyennes demeurent essentielles pour que tout le monde ait voix au chapitre.

Assemblée citoyenneLes enjeux actuels

À ce titre, plusieurs personnes ont illustré de façon éloquente les répercussions que différentes mesures prises par l’arrondissement peuvent avoir dans le quotidien des gens. La question des vignettes de stationnement a notamment été soulevée en ce qu’elle rend les visites plus difficiles pour les amiEs et la famille des aînéEs et peut contribuer à leur isolement. Ainsi en est-il de la politique de déneigement, qui rend difficile tant les déplacements des personnes âgées que des enfants en bas âge, plus d’une personne soulevant les risques de blessure.

Une représentante de la table sectorielle Autour des familles a d’ailleurs souligné qu’il est de plus en plus difficile de retenir les jeunes familles dans le quartier, qui pourtant contribuent grandement à sa diversité et à la vie communautaire. Si celles-ci apprécient la qualité de vie et l’esprit de communauté du Plateau, elles le quittent souvent faute de trouver un logement adéquat. Comme pour les personnes défavorisées, une partie de la solution à cette problématique réside sans doute dans la construction de logement social. Or, si certains terrains d’envergure sont disponibles, il demeure que le Plateau est un quartier à forte densité où les nouvelles constructions sont difficiles.

À cet égard, le quartier est quelque peu victime de sa réputation : la gentrification de l’arrondissement a entraîné, au cours des dernières années, une importante spéculation immobilière qui rend de plus en plus difficile le maintien du parc locatif. Plusieurs immeubles se voient ainsi achetés et convertis en propriétés indivises, les locataires étant du même coup évincés. Il s’agirait ainsi de pas moins de 500 à 600 évictions par année. Cette situation préoccupe le maire, qui avoue cependant que le processus est difficile à freiner. D’un côté, il est souvent difficile et épuisant pour les locataires de se battre pour conserver leur logement. De l’autre, il n’existe pas de cadre législatif entourant ces pratiques, que le maire voudrait cependant fortement taxer pour les décourager.

Les enjeux des prochaines années

Si les finances de l’arrondissement se portent mieux, elles demeurent malgré tout précaires, notamment en raison de l’explosion potentielle des coûts de déneigement. Aussi, malgré un ajustement de 1,2 million de dollars des transferts de la Ville centre pour couvrir l’augmentation des conventions collectives, le maire Ferrandez juge que le Plateau ne reçoit pas sa juste part du gâteau alors que les taxes perçues par la Ville auprès des citoyenNEs du quartier ont monté en flèche au cours des dernières années. En ce sens, le statut particulier du Plateau, qui reçoit énormément de visiteurs chaque jour et qui doit gérer des coûts d’entretien élevé pour compenser, doit être reconnu pour que l’arrondissement ait les moyens de maintenir des services de qualité.

Avec les élections municipales qui viendront dans un an, Luc Ferrandez a d’ailleurs mentionné que, si le mandat actuel avait été marqué par des efforts considérables pour maintenir les services, le prochain serait sans doute axé sur le développement des institutions comme les centres sportifs, les bibliothèques et les centres communautaires. Il y a fort à parier que les citoyenNEs voudront de nouveau rencontrer leurs éluEs pour en discuter.

Marc Ouimet
Pour la Corporation de développement communautaire Action Solidarité Grand Plateau (CDC-ASGP)